Chapitre 1 - Pourquoi indexer les ressources pédagogiques ?

De Sup-LOMFR.

On produit pour soi mais aussi pour les autres.
Les textes ci-après sont inspirés de différentes présentations faites entre 2004 et 2008. Le lecteur trouvera à la fin de ce chapitre plusieurs liens lui permettant d’obtenir plus d’informations.

Le contexte

L’accès en ligne aux données d’enseignement et d’apprentissage fait l’objet d’investissements de plus en plus importants et le champ d’application des technologies de l’information et de la communication ne cesse de progresser. Avec ces nouveaux services, de nouveaux défis se dessinent à l’horizon 2010 pour l’éducation :

  • Accroissement de la mobilité sous toutes ses formes, à la fois facteur de développement de la formation à distance et dimension nouvelle à prendre en compte dans les architectures.
  • Technologies de l’accès en ligne en tant qu’éléments de lutte contre l’exclusion et de réduction des fractures sociales ou géographiques en permettant d’accompagner des apprenants en complément des systèmes d’enseignement traditionnels. De plus en plus simples de mise en œuvre, ces technologies constituent un outillage d’appui dans une approche de sécurisation des parcours éducatifs et professionnels.

    Parallèlement, la mondialisation met en évidence des puissances universitaires nouvelles qui questionnent la position du système français à l’international. Dans un monde globalisé, il est devenu primordial d’améliorer en permanence la perception à l’extérieur de la vitalité du système éducatif d’un pays.

    Plusieurs études ont fait le constat que les pratiques enseignantes, entendues comme l'ensemble des activités par lesquelles les enseignants guident et font travailler les apprenants pour leur faire acquérir les savoirs et savoir-faire, sont difficilement connues ou reconnues.
    Il est important d’organiser la diffusion de ces pratiques et cela ne peut se matérialiser que par la production et la diffusion de ressources qui en sont à la clé. Capitaliser les expériences du terrain, les observations des pratiques pédagogiques dans les classes, animer des communautés virtuelles d'enseignants au niveau du pilotage d'une circonscription, produire de la ressource pédagogique, les échanger, les partager pour les faire vivre, et leur donner tous leurs sens et leurs valeurs, sont autant de pratiques incontournables déjà mises en œuvre par les entreprises et qui concernent de plus en plus la communauté éducative.

    Au sein de cette communauté, les enseignants sont les professionnels de la pédagogie. Les ressources pédagogiques se situent dans leur cœur de métier. La production et l’utilisation des ressources pédagogiques constituent une richesse en matière de formation et de professionnalisation. Des formes nouvelles de formation professionnelle des enseignants voient le jour dans les dispositifs de pilotage des systèmes éducatifs. Elles prennent appui sur les productions pédagogiques des enseignants, individuelles ou collectives qui, bien que ne datant pas d'hier, connaissent un essor sans précédent avec les technologies de l’information et de la communication (TIC), Internet et les réseaux. Les environnements numériques de travail vont encore renforcer cette évolution avec la mise en place de communautés d'enseignants, avec la production et la diffusion de ressources pédagogiques en ligne, et avec l'accès structuré aux ressources.

    Conscients de ces enjeux, les ministères de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur et de la recherche ont apporté, dès 2001, leur soutien à la mise en place de programmes de contribution à la normalisation et la standardisation internationale des ressources pédagogiques. Ils ont souhaité que ces programmes s’appuient sur un ensemble de références françaises à caractère très opérationnel.

    Une dynamique pour l’enseignement supérieur

    Tous les acteurs de l’enseignement supérieur (responsables d’établissement, enseignants, documentalistes, responsables des TICE, informaticiens) s’inscrivent dans le cadre d’une dynamique pour « travailler mieux » avec plus d'efficacité. Ils réfléchissent et mettent en place des dispositifs fonctionnels innovants afin de répondre aux attentes de tous les usagers : étudiants, familles, personnels enseignants techniques et administratifs, tutelles et organismes internationaux de suivi, partenaires académiques, scientifiques culturels des secteurs publics ou privés. Ces acteurs de l’enseignement supérieur sont tous motivés par une même préoccupation : assurer la valorisation et la pérennité des contenus numériques pédagogiques des établissements, ce qui contribue à leur visibilité internationale.

    Cette préoccupation est soutenue par 2 dimensions prédominantes :

  • le partage car on produit pour soi mais aussi pour les autres.
  • la lisibilité dont l’enjeu est de donner l’accès à distance à l’offre de ressources pédagogiques au niveau international en respectant les règles du numérique.

    Pour cela, des stratégies se mettent en place à travers des politiques d’établissements, pilotées par les équipes de direction, et associant les enseignants. Ceux-ci coopèrent pour renforcer la démarche traditionnelle, qui est de fournir aux étudiants des références de l’offre éditoriale et la compléter en développant des ressources numériques de qualité, bien signalées. Le volet technique de cette édition numérique porte ainsi avant tout sur l’interopérabilité des systèmes, la gestion des droits, ou encore l’utilisation d’un vocabulaire commun.
    Une clé de succès majeure consiste à travailler à un accès facilité aux ressources inter-établissements par un partage des ressources avec une fédération des contrôles d’accès. Cela suppose des plans d'action coordonnés à plusieurs niveaux : UNR, UNT et au sein des établissements. Il est important de mettre en œuvre la mutualisation de ressources de qualité grâce à la collaboration entre les différents partenaires et une action d’accompagnement des enseignants dans les processus de production, de gestion des droits, etc. Par le biais d’une stratégie globale, la mise en œuvre d’une politique d’établissement permet d’offrir une plus grande visibilité.

    Les enjeux

    Bien évidemment l’apport immédiat de l’indexation des ressources pédagogique est de pouvoir les retrouver. Mais l’enjeu est plus important. En effet, le temps est révolu où un enseignant pouvait se glorifier de mettre son cours en ligne sur un site pour ses propres étudiants. Une ressource pédagogique est souvent longue et par conséquent coûteuse à produire. Il en découle une incontournable conséquence de tout mettre en œuvre pour rentabiliser cette ressource pédagogique. Deux seules voies sont alors possibles :

  • mettre en évidence des gains associés à la ressource (gains en termes d’image, de communication, voir dans certains cas des gains financiers par la vente des ressources)
  • dégager des économies liées à la ressource notamment en permettant sa mutualisation dans le cadre de la production d’autres ressources ou services

    L'enjeu central se résume à cinq défis principaux :
  • Accessibilité : permettre la recherche, l'identification, l'accès et la livraison de contenus et composants pédagogiques en ligne de façon distribuée.
  • Interopérabilité : permettre l'utilisation de contenus et composantes développés par une organisation sur une plate-forme donnée par d'autres organisations sur d'autres plateformes.
  • Réutilisabilité : permettre aux contenus et composantes d’être utilisés à différentes fins, dans différents produits, dans différents contextes et par différents modes d'accès.
  • Durabilité : permettre aux contenus et composantes d'affronter les changements technologiques sans la nécessité d'une réingénierie ou d'un redéveloppement coûteux.
  • Adaptabilité : permettre la modulation sur mesure des contenus et des composantes.

    Dans le cadre de l’enseignement supérieur, de tels systèmes de valorisation des ressources pédagogiques peuvent être rapidement mis en œuvre et rendus disponibles sur le web, via des consortiums, des campus virtuels, des universités numériques thématiques. Mais pour qu’ils soient parfaitement efficaces un certain nombre de questions se pose alors. Comment retrouver ces ressources ? Est-ce bien la dernière version de la ressource ? Est-ce que ce cours a déjà été produit ? Comment assembler plusieurs ressources automatiquement ? La présentation peut-elle être différente selon les utilisateurs ? Toutes ces questions démontrent l’utilité de la description de la ressource pédagogique, à travers une indexation, qui prenne en compte l’ensemble de ces dimensions.

    Si la production, la diffusion, le partage des ressources se développent au sein de la communauté éducative, s'il se publie de plus en plus de ressources sur le Web, la recherche d'informations sur Internet devient pour sa part de plus en plus difficile et n'aboutit pas toujours aux documents les plus pertinents. Dans le cadre de la modélisation d'un environnement numérique de travail, il est primordial de prévoir des métadonnées à utiliser pour définir le cadre méthodologique des informations techniques et descriptives ajoutées aux ressources pédagogiques pour mieux les qualifier.

    Par ailleurs, le Web2.0 propose de nouveaux services en ligne comme les outils de « social bookmark » permettant ou favorisant les connexions et les échanges entre les « enseignants » en ligne et une indexation des ressources à partir de « tags » (mots clés pour décrire une ressource). C'est une tout autre approche de la recherche sur le Web où le travail d'indexation n'est plus fait par des robots (comme les spiders de Google) mais par la communauté des enseignants qui peuvent « taguer » les ressources.

    Dans ce cadre SupLOMFR contribue pleinement à cette dynamique en proposant un format commun de description.

    Passer au Chapitre 2 - Pourquoi SupLOMFR ?
    Retour au sommaire commenté

    Pour plus d’informations, il est possible de consulter les documents suivants :

  • le compte-rendu du séminaire « indexation et visibilité des ressources pédagogiques » organisé par la SDTICE (MENESR – SG STSI) les 26 et 27 mars 2007 à Paris
  • le dossier sur l’indexation de ressources mis à disposition sur le site Educnet
  • l’article sur l’indexation des ressources pédagogique et le Web 2.0 publié par l’association EPI (Enseignement Public et Informatique)
  • Outils personnels